Press "Enter" to skip to content

Crise anglophone – Enlisement pernicieux dans la violence servile

Le 25 avril dernier, la localité de Ngie dans la région du Nord-Ouest, a été le théâtre de violents affrontements armés entre de présumés indépendantistes et les forces de défense en une sorte de guérilla urbaine qui a fait au moins cinq morts et plusieurs blessés par balles, aussi bien dans le camp des assaillants indépendantistes  que ceux des forces de l’ordre où on déplore notamment le décès du soldat de deuxième classe de l’armée Boumzina, plus connu sous le pseudonyme Albertini Zina Boule.

La journée du mercredi 25 avril 2018 à Ngie, restera à jamais gravée dans les mémoires des villageois de cette localité, un village du département de la Momo, dans la Région du Nord-Ouest où des affrontements d’une violence inouïe ont opposé les forces de défense et de sécurité aux combattants non identifiés qui se réclament des mouvements indépendantistes des Régions du Sud-Ouest et Nord- Ouest du Cameroun. Des affrontements, qui ont duré plusieurs heures et causé la mort d’au moins trois assaillants et surtout celle du soldat de deuxième classe de l’armée Boumzina. Et quand bien même le bilan officiel reste attendu, il ne reste pas moins vrai que lesdits affrontements révèlent aux yeux du monde, l’intransigeante des protagonistes qui auraient dû engager un dialogue inclusif pour éviter cette spirale de violences qui endeuille les deux régions de culture anglophone du pays. Pourtant, ce n’est pas faute pour le gouvernement de multiplier des actes de bonne volonté, sans pour autant accéder à un des préalables de la partie adverse, tenant notamment d’un dialogue direct entre le Chef de l’Etat et la tête de proue des Indépendantiste, Sisiku Tambe interpellé il y a peu avec ses lieutenants, alors qu’ils étaient en conclave dans leur base arrière au Nigeria voisin. Revenant aux affrontements entre les combattants indépendantistes et les forces de défense, les informations recueillies auprès des populations locales font état d’au moins cinq morts et plusieurs blessés enregistrés au terme des attaques perpétrées par ces combattants sécessionnistes terroristes au dans la localité de Ngie dans le Nord-Ouest, l’une des deux Régions anglophone plongées dans une crise socio-sécuritaire depuis octobre 2016.

 

Attaques ciblées

La recrudescence des attaques terroristes imputées aux indépendantistes, semble désormais participer de quelque stratégie visant singulièrement le système éducatif, bien que le Chef de l’Etat ait concédé à une originaire d’une des régions anglophones, le portefeuille ministériel des enseignements secondaires : Nalova Lyonga Pauline. Essaie-t-on de lui faire porter le chapeau d’une année blanche en rétorsion de sa position plutôt modérée et en faveur d’un retour progressif à la normale en encourageant notamment, parents, élèves et enseignants à ne point rompre la chaîne éducative en dépit des intimidations récurrentes des terroristes se terrant sous la dénomination de sécessionnistes ? Dans tous les cas, les actes de ces derniers sont intolérables, ce d’autant plus qu’en s’en prenant prioritairement aux civils, ces derniers démontrent à suffisance le caractère ambigu de leurs revendications qui doivent être adressées à qui de droit, sans user ni de moyen de pression et encore moins de violence. Des options qui, tôt ou tard, leur feront subir un effet boomerang, notamment en raison de ce que ces terroristes doivent désormais affronter des forces de défense plus que jamais aguerries à la guérilla, après l’expérience douloureuse avec la secte islamiste Boko Haram. Sur un tout autre plan, en choisissant de diriger leurs attaques sur des cibles civiles dédiées à construire l’avenir, ces terroristes d’un genre plutôt particulier, démontrent qu’ils font en réalité de leurs revendications politiques, un simple paravent, à moins qu’ils soient simplement le bras armé de prédateurs en mal de velléités successorales.

 

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *