Press "Enter" to skip to content

706 milliards de F Cfa mobilisés pour l’investissement productif par l’API

Sous la présidence de son directeur général, Marthe Angeline Minja, l’API a récemment lancé ses activités, matérialisant ainsi une nouvelle ère depuis qu’elle a acquis son autonomie financière.

A l’occasion, quatre conventions ont été signées par ladite agence. Et pour ces premières conventions, le DG a accueilli quatre entreprises notamment, la société Siantou Africa Building qui se propose d’investir 4,106 milliards de F Cfa dans le secteur de l’industrie des matériaux de construction et notamment la peinture, ininflammable tout en créant 206 emplois. La seconde entreprise, Nachtigal Hydro Power company pour sa part s’est lancé dans l’énergie avec la construction d’un barrage hydroélectrique (Nachtigal amont). Avec un investissement de 690 milliards de F Cfa, la société compte créer 188 emplois. A côté d’elle, la société SNC-Pullman Douala Rubingha hôtel veut, dans la perspective de la CAN 2019 élargir et moderniser son éventail de services. Elle a prévu à cet effet de miser sur un financement de 10 milliards de F Cfa tout en contribuant à la création de 180 emplois. La quatrième entreprise est la société Equatorial Equipments and industries SARL qui va mettre 1,486 milliard de F Cfa pour renforcer l’électroménager et créer 94 emplois. Au total, c’est un montant de 705,640 milliards de F Cfa que ces investisseurs ont mis sur la table au total pour un maximum de 668 emplois, intégrant ainsi les objectifs assignés au plan d’émergence concocté par l’Etat. Suffisant pour comprendre qu’en paraphant les documents relatifs à ces conventions d’investissement, chacun desdits opérateurs économiques ait exprimé sa gratitude au gouvernement en rapport à la loi portant sur les incitations à l’investissement dont ils bénéficient désormais.

 

Embellie sous-jacente

A l’évidence, c’est un important coup de pouce pour les investisseurs, comme l’atteste à suffisance la réaction qu’eut l’un de ceux-ci pour qui, « Grâce à cette facilité fiscalo-douanière, nous allons pouvoir tenir les délais de la CAN 2019 et respecter le cahier de charges de la CAF en termes d’offre hôtelière au Cameroun et de normes en la matière », selon Mohamadou Bayéro Fadil, président-directeur général du SNC hôtel Pullam. Même engouement chez Nachtigal Hydro Power Company dont Olivier Flambard, directeur général, s’est réjoui des tarifs compétitifs que va leur conférer la convention avec l’API pour la réalisation du projet hydroélectrique. Et dans la perspective de la 2e édition du Cameroun investment forum (CIF) prévue du 9 au 10 novembre 2017 à Douala, nul doute que l’API pourra recruter de nouvelles entreprises sur près de 300 entreprises locales et internationales attendues à l’occasion dans la métropole économique du Cameroun, de l’avis même des officiels de ladite agence. Tant il est vrai que l’édition de cette année verra « une forte participation des entreprises africaine, européenne et américaine», avec une prédilection pour le secteur industriel, la finalité étant d’attirer un plus grand nombre d’investisseurs étrangers au Cameroun et de booster conséquemment la croissance économique globale de notre pays. Et à ce propos, l’engagement de l’API se veut univoque : « Nous mettons un accent sur le nouveau cadre incitatif à l’investissement privé au Cameroun qui exonère des taxes fiscalo-douanières de 15 ans aux entreprises, dont 10 ans dans leur phase d’installation et 5 ans dans leur phase de production».

 

Heureuses perspectives

Selon le directeur général de l’API, Marthe Angélique Mindja, le succès de la 1èreédition en 2015 où près de 200 entreprises ont participé, « il est question de monter d’un cran, tant il est vrai que le gouvernement fait beaucoup d’efforts pour améliorer le cadre des investissements au Cameroun ». Et dans cette perspective, l’édition de cette année permettra également de faire le point sur les « relations d’affaires nouées lors du premier forum, et de renforcer les partenariats économiques et commerciaux à travers les joint-ventures ». Surtout que le Cameroon Investment Forum (CIF) sert également de « plateforme aux institutions publiques et privées, ainsi qu’à la société civile pour présenter leurs différents projets d’investissement à un large éventail d’investisseurs locaux et étrangers ». Les participants auront également droit aux conférences-débats, aux échanges B to B, de même qu’une foire-exposition sera organisée afin de permettre aux entreprises de montrer leur savoir-faire. Le CIF bénéficie de l’accompagnement du gouvernement camerounais et d’autres acteurs à l’instar de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI).

 

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *