Press "Enter" to skip to content

Alerte à la mauvaise manipulation du sang

Un séminaire a permis à la société Camerounaise d’Anesthésie Réanimation  de prodiguer des conseils sur la manipulation du sang.

Ils étaient tous réunis autour de leur président  Jean Paul Sandjon dans le cadre du 9e  congrès  de la société Camerounaise  d’anesthésie qui s’est tenu  du 24 au 25 mai 2018. Il était question d’engager une réflexion sur les mesures à mettre en place pour juguler les phénomènes liés à la mauvaise manipulation du sang  et des conséquences qui en découlent.  Ce Séminaire  avait pour thème : « la transfusion sanguine », avec des sessions telles que «la réanimation métabolique et respiratoire », »la transfusion sanguine sur  terrain à risque», «la Rachianesthésie  par les aides», ou encore « la sécurité transfusionnelle ». « Les sepsies  en réanimation », « la transfusion sanguine périopératoire » n’ont pas été en reste. Au cours de cette rencontre où d’imminents  médecins et universitaires se sont succédé à la tribune au cours des  exposés.

 

Objectifs

L’objectif de cette rencontre selon les organisateurs était d’attirer l’attention des médecins sur la mauvaise manipulation du sang. C’est ainsi que  plusieurs orateurs se sont pencher sur la question, question de faire comprendre aux participants la nécessiter de prendre des précautions lors de la transfusion sanguine. L’autre objectif a indiqué le Dr  Sandjon,  c’était de mettre à la disposition des pouvoirs publics des médecins bien formés dans le cadre de ces pratiques à travers des séminaires comme celui du 24 et 25, des ateliers, etc… C’est dans cet ordre d’idée que le président de l’ordre des médecins présents à la cérémonie d’ouverture a reconnu que ce rencontre cadre avec le souci de l’organisation qu’il préside et a espéré que ce 9ècongrès nourrira la pratique de la manipulation sanguine. Un vœu qui vient à point nommé, surtout  quand on sait que dans plusieurs formations hospitalières, des dispositions ne sont pas prises pour éviter certains dérapages. Les banques de sang ne sont pas sécurisées. Le clientélisme s’y mêle pour créer le désordre le plus fou rarement observé dans d’autres secteurs de la santé publique. Tout simplement parce que les poches de sang coutent chères. Les prélèvements ne respectent même pas les critères  édictés par les experts. D’où le bien-fondé  de ce séminaire qui nous l’espérons comme le président de l’ordre des médecins va tirer la sonnette d’alarme dans un secteur hautement sensible comme celui-là.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *