Press "Enter" to skip to content

Secteur bancaire – On s’arrime à la monétique

Devenue l’apanage du grand public, la démonétisation au travers de cartes bancaires ne pouvait se circonscrire à quelques établissements dudit secteur. Et c’est fort à propos que la quasi-totalité des opérateurs de ce secteur s’y soit arrimé, question certainement de ne pas être à la traîne et booster davantage cette option en mettant à la disposition de différents publics-cibles une carte de débit depuis un peu plus d’un an.

Loin de participer d’un simple phénomène de mode, la monétique tient davantage de la volonté de réduire les risques induits attachés à la circulation des espèces, non sans favoriser une célérité dans le paiement des prestations et acquisitions de biens. Au-delà, il s’agit par ailleurs d’offrir aux détenteurs de ladite carte, de gérer en temps réel leurs comptes bancaires, pour davantage de fiabilité de leurs différentes opérations. Toutes choses qui constituent une innovation majeure et qui, dans le cas spécifique des opérateurs du secteur bancaire, s’inscrit dans la dynamique de différenciation de celui-ci pour améliorer significativement la satisfaction de ses différents publics-cibles. Bien plus, il s’agit de développer sur l’ensemble du continent, une bancarisation affirmée assortie d’une inclusion financière favorisant l’autonomisation des entreprises. En clair, une approche différenciée au travers de laquelle, le secteur à travers la monétique entend déployer des solutions numériques sécurisées et instantanées, allant de l’inscription à cette prestation nouvelle au traitement des diverses opérations bancaires réalisées grâce à la carte bancaire. C’est donc dire que cette carte n’est ni discriminatoire et encore moins réservée à quelque type de clientèle. Surtout, que les avantages différentiels qui sont les siens, intègrent l’universalité de leur validité en tous les points disposant d’un terminal qui les accepte.

 

Développement spatial

Forte de son réseau étendu sur le continent, on peut valablement dire qu’à travers la carte bancaire, les opérateurs du secteur contribuent à leur manière au raffermissement des relations entre les états africains où elle est désormais présente. Ainsi en est-il notamment du Ghana qui a précédé le Cameroun dans le lancement de ladite carte, mais également de tous les pays du monde disposant des GAB. Autant dire donc qu’on assiste là au développement spatial de la bancarisation, non sans que celui induise une dilution conséquente du gap numérique que connaît le continent. Dès lors, quel que soit l’opérateur qui y œuvre, cela traduit par ailleurs la dimension panafricaine et surtout son engagement à contribuer au mieux au développement socioéconomique du continent en améliorant le recours au système bancaire. Ce d’autant plus que de l’avis même du directeur général de Uba Cameroun, sieur Udom Isong, «L’introduction de la carte de débit sur le marché permettra aux détenteurs d’effectuer leurs transactions bancaires de manière plus sûre, plus pratique et plus fiable. Les besoins de nos clients changent et, au fur et à mesure qu’ils changent, nous continuerons d’adopter des solutions technologiques intelligentes qui offrent des services supérieurs». Une assertion qui, rapportée au champ de validité de la Mastercard, conforte la détermination de Uba à œuvrer pour un développement spatial conséquent, non sans que la forte sécurité intégrée à cette carte ne constitue un motif supplémentaire pour son adoption par le grand public.

En somme, les opérateurs du secteur bancaire ont inéluctablement compris, le bien-fondé attaché à la monétique et qui, assoie définitivement leur arrimage aux préceptes commandant l’accès universel aux services financiers d’ici 2020.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *