Press "Enter" to skip to content

Camair-Co acquiert un Bombardier Q400

Le ministre camerounais des Transports, Jean Ernest Ngallé Bibéhé, a présidé, le 29 mai 2018 à Yaoundé, la capitale du pays, la cérémonie du vol inaugural du Bombardier Q400 récemment acquis en leasing par la compagnie aérienne publique camerounaise, Camair-Co.

Cette acquisition, réceptionnée le 16 mai 2018 par les responsables de Camair-Co, va permettre, à la compagnie de renforcer sa flotte et d’inscrire la coopération entre le Cameroun et le Canada dans une dimension davantage dynamique en permettant surtout à Camair-Co de porter sa flotte à six aéronefs opérationnels et l’autorisant à l’amélioration de ses indicateurs de performance. Et dans cette optique, on comprend le choix porté sur un aéronef de ce type, pour lequel la compagnie pourrait assurer un meilleur taux de remplissage et relever ne serait-ce que substantiellement ses performances globales. En effet, d’une capacité de 78 places, le nouvel aéronef de la compagnie aérienne publique camerounaise ouvrira la voie à de nouvelles destinations en gestation au sein de l’entreprise. Il s’agit aussi bien de lignes intérieures (Bertoua) qu’extérieures (Bamako, Lagos). Des dessertes qui devraient par ailleurs lui réserver une concurrence moins âpre et conséquemment davantage d’opportunité de développement de son réseau.

 

Booster les vols domestiques

Au premier semestre 2014, le trafic aérien au Cameroun a augmenté de 5% par rapport à la même période l’année dernière, à 15 321 vols contre 14 568, indique le bulletin statistique de l’Autorité aéronautique. Une croissance du trafic qui peut s’expliquer par le fait que, mentionne le bulletin statistique, cinq nouvelles compagnies sont arrivées dans le ciel camerounais (Aero contractors, Afric Aviation, ECAIR, West Air Benin et Gambia Bird) entre juin 2013 et juin 2014. Cela aussi, on peut aisément le comprendre, aussi longtemps que le trafic aérien au Cameroun, est largement dominé par les vols internationaux, qui représentent 45% du trafic. Viennent ensuite les vols régionaux (intra CEMAC), qui représentent 20%, tandis que les vols domestiques pointent à seulement 3% du trafic aérien national. Une situation d’autant plus compréhensible que la compagnie aérienne nationale, Camair-Co, qui domine les lignes domestiques n’a véritablement pas décollé en terme de performances depuis son lancement en mars 2011. Mais la compagnie voudrait s’y fonder pour booster ses performances globales en investissant ce segment plutôt inexploré et qui ne favorise conséquemment pas de culture de recours au transport aérien domestique. C’est ainsi que sur les 26 compagnies qui desservent le ciel camerounais, Air France continue de dominer le ciel camerounais avec 22% des vols, contre 13% pour Camair-Co. Arrivent ensuite Brussels Airlines (11 %), Ethiopian Airlines (8 %), Asky et Turkish Airlines (7 % chacun), Kenya Airways (5 %), Royal Air Maroc (4%) et South African Airways, Air Cote d’Ivoire et Ceiba International (3 % chacun). L’aéroport de Douala demeure la plaque tournante du transport aérien au Cameroun, avec 68% des vols, contre 31% pour l’aéroport de Yaoundé-Nsimalen.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *