Press "Enter" to skip to content

Mairie de Yabassi – Mutations perceptibles au plan infrastructurel

Jusque-là desservie par d’énormes difficultés d’accès, la ville de Yabassi semblait aller vers la déperdition, avant que l’accession à la tête de son exécutif municipal de Jacques Maboula Mboya ne vienne y faire renaître l’espoir. Espoir articulé sur une amélioration qualitative et quantitative de son tissu infrastructurel.

Littéralement abandonnée à elle-même depuis l’inauguration du pont sur le Nkam, Yabassi a vu son tissu infrastructurel se dégrader, au point de décourager même les natifs de cette ville pour y effectuer un séjour. Pourtant, ce ne sera pas faute pour elle d’allouer au gouvernement la crème de ses ressources humaines et d’assurer par ailleurs une production économique qui aurait dû lui valoir plus d’attention. Mais minée qu’elle a toujours été par des batailles de positionnement entre ses élites, elle ne parvint guère à drainer vers elle des projets conséquents de développement sur lesquels pouvait valablement s’adosser son développement infrastructurel. Fort heureusement, cette tendance inhibitrice a connu un terme avec l’avènement de nouveaux hommes moins enclins à prêter le flanc aux batailles de positionnement évoquées supra, pour faire du développement infrastructurel de ladite ville, le socle par excellence du rapprochement des élites, mais aussi et surtout l’ancrage nouveau du déploiement sociopolitique. Ainsi en est-il des personnalités telles Martin Nyamsi et plus encore de Jacques Maboula Mboya qui, laissant de côté les considérations partisanes ou ce qui pourrait en tenir lieu, ont fait du pari de muer Yabassi en une ville où il fait désormais bon vivre. Tant il est vrai que sans disposer d’un colossal budget, le nouveau maire a entrepris d’inscrire la modernisation de cette ville en préoccupation majeure, elle-même articulée autour de trois axes : la restauration de la voirie, l’électrification et l’approvisionnement en eau potable.

 

Approche managériale patriotique

En passe de relever le défi qu’il s’est fait, Jacques Maboula Mboya du reste issu d’une formation politique ne pesant pas lourd sur l’échiquier politique, se sera simplement appuyé sur son patriotisme pour composer avec des populations plutôt acquises au Rdpc. Pour ce faire, son discours politique se démarque foncièrement de celui auquel étaient jusqu’alors habituées lesdites populations. Suffisant qu’il obtienne progressivement l’adhésion de ces dernières à la vision de la cité qu’il implémente à Yabassi depuis quelques années : parer au plus pressé en usitant de moyens réels dont dispose la mairie. Suffisant dès lors pour comprendre qu’il circonscrive quelque peu son action à une évolution concentrique du centre-ville vers la périphérie, comme l’attestent les nombreux chantiers de réhabilitation de voirie ou d’électrification. Favorisant ainsi la mobilité urbaine grâce à une voirie éclairée et plus praticable qu’elle ne l’était il y a encore quelques années, il a par ailleurs réussi la prouesse de repousser les risques d’insécurité. Toutes choses qui ont contribué ne serait-ce que substantiellement à l’amélioration de la qualité de vie des citadins de Yabassi. Mieux, en optant pour la dématérialisation des bannières politiques dans le choix des hommes pouvant l’accompagner dans cette titanesque tâche, Jacques Maboula Mboya a suscité au sein des populations, une fierté légitime qui a dès lors effondré les barrières inhibitrices de l’indispensable implication des populations dans la mise en œuvre réussie de la modernisation de Yabassi.

 

Initiatives porteuses

Dans la foulée, il lui a fallu adjoindre à son approche managériale plutôt différenciée, d’heureuses initiatives en faveur des populations de la commune aux destinées de laquelle il préside. Et dans ce registre singulier, on peut valablement citer le tournoi de football qui, suscitant l’émulation sportive des différents cantons de la mairie de Yabassi, s’est avéré être un impressionnant catalyseur d’énergies. Ce d’autant plus qu’au sortir de sa toute première édition, les populations ont exigé qu’il devienne pérenne afin de diluer l’adversité veule qu’entretenaient jusqu’alors lesdits cantons en suivant béatement leurs élites respectives dans ces batailles de positionnement desquelles les mêmes populations n’avaient rien à gagner. Ce qui n’est nullement le cas du tournoi initié par Jacques Maboula Mboya om l’adversité n’excède guère les limites du terrain de football. En fait, toutes les initiatives estampillées Jacques Maboula Mboya ont favorisé le vivr-ensemble. Celui-là même sans lequel, on ne saurait envisager un développement harmonieux, fut-il simplement urbain. Pour l’avoir compris et mis en pratique, il bénéficie aujourd’hui des retombées y liées qui, bien que peu perceptibles, participent de l’aisance avec laquelle il est en passe de réussir là où ses prédécesseurs se seront cassé le nez. En faut-il plus pour lui reconnaître tact et engagement en faveur des populations de Yabassi ? A chacun d’y répondre objectivement.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *