Press "Enter" to skip to content

Moungo – Vers la relance de la production agricole

Les filières bananes et caféières sont concernées par cette annonce qui a été faite par l’ancien ministre de l’économie. Son successeur va-t-il poursuivre sa logique ?

C’est au terme d’une visite de quarante-huit heures effectuée dans cet important bassin de production par l’ancien ministre de l’économie et de la planification  et de l’aménagement du territoire du 25 au 26 janvier 2018 que la nouvelle a été annoncée. A la grande satisfaction des agriculteurs qui attendent depuis lors l’implémentation d’autres mesures pour leur faciliter la tâche. La visite  avait également pour but d’évaluer le niveau de la production des entreprises bananières et caféières installées dans cette partie de la région du Littoral. C’est ainsi que le ministre de l’économie de l’époque,  Louis Paul Motaze s’est  rendu dans les Hauts Plantation du Haut Penja qui produisent 170.000 tonnes de banane par an. Ici, le gouvernement Camerounais, la banque Africaine de développement et Agensi Bank ont  signé un protocole d’accord pour le développement de la filière banane. La société des plantations de Mbanga a également reçu l’ancien ministre de l’économie  dans le cadre de la même visite. Cette société a produit 40.000 tonnes de banane en 2013.  Mais, elle a fermé les portes faute de moyens financiers. Situation dramatique, puisqu’elle a plongé les employés de cette structure dans le désespoir. Nombreux sont ceux qui se débrouillent dans les plantations du quartier, à la recherche de leur pitance quotidienne. L’ancien  ministre de l’économie s’est également rendu dans une usine de transformation du café. La rencontre avec ce promoteur a permis de signer un protocole d’accord d’un montant de 800 millions de FCFA pour accroitre la production caféière.

Soulignons que le département du Moungo regorge un potentiel agricole très riche. Il regorge également d’importantes usines de transformation de café. Près de 70.000 chefs d’exploitation de la culture du café pour etre plus précis, et de ce point de vue, de nombreuses possibilités d’emplois pour les jeunes, tant dans les usines que les exploitations. C’est ainsi que l’ancien ministre a profité de sa visite pour attirer l’attention des opérateurs économiques sur la nécessité de transformer localement. Mais, depuis le récent réaménagement du gouvernement qui a vu le ministre Louis Paul Motaze posé ses valises au ministère de l’économie, les bénéficiaires des sommes citées plus haut se demandent si les ces enveloppes leur parviendront effectivement. Leur crainte est d’autant plus légitime qu’elle se fonde sur le fait que l’administration n’est pas une continuité au Cameroun. Ces agriculteurs sont d’autant plus inquiets qu’ils ne savent plus à quel saint se vouer. Quel est le sort qui leur sera réservé par l’actuel ministre de l’économie, Alamine Ousmane Mey ? C’est la question que tous ces bénéficiaires se posent.

A quelques mois du début de la campagne agricole, il convient de fixer ces compatriotes  sur la possibilité ou non de bénéficier de ces appuis des pouvoirs publics.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *